C'est l'ACTU SHOW...!!!
DIBI DOBO: "il annonce la sortie de SOYIMANVO 2 "

Dibi Dobo est un auteur, compositeur, interprète béninois, dans un style qu’il qualifie lui-même de "dibitique" : le mariage de tous genres musicaux allant du rap à la world music en passant par le rnb et l’afropop.

L’équipe ctnshow est allée à la rencontre de l’artiste chanteur béninois et international Dibi Dobo dont nous avons kifé les tubes tels que "Wini Wini", "Que ferais-tu ?", "Tchitchavi et bien d’autres. Nous avons recueilli quelques propos du chanteur qui nous a reçu très cordialement.

"j’ai beaucoup manqué aux gens..."


ctnshow : Bonjour Dibi Dobo !
-Dibi Dobo : Bonjour chers amis de ctnshow! C’est un grand plaisir pour moi de me faire interviewer par vous et ça me fait chaud au cœur de voir de jeunes béninois, cotonois, qui ont envie de donner une force au showbiz béninois.
-ctnshow : Comment êtes-vous venu à la musique ?
-Dibi Dobo : Je suis venu à la musique par passion ; c’est le destin qui m’a amené à ça et aujourd’hui, je suis fier d’être béninois, de représenter mon pays à l’international et un peu partout dans le monde.
-Dibi Dobo : Moi, mon style est purement Dibitique. Je ne dirai pas que quelqu’un m’a inspiré parce que je n’ai pas eu la chance d’avoir une télé quand j’étais plus jeune donc je ne suivais rien. Ce n’est qu’après mon succès que j’ai admiré ... Lire la suite..

le côté fashion du flow de Kanye West, découvrir Tupac qui est mort depuis 1996 et d’apprendre beaucoup de choses. Donc c’est un don de Dieu ; je ne me suis pas inspiré de quelque chose ou de quelqu’un. Peut-être que j’ai eu des influences dont je n’ai pas conscience mais je pense que c’est un truc exceptionnel qui m’anime ; ce qui fait ma particularité.
-ctnshow : Dibi Dobo a fait un peu profil bas ces derniers temps et beaucoup de rumeurs ont courru. Que s’est-il passé au juste ?
-Dibi Dobo : C’est tout à fait normal ! Je comprends, j’ai beaucoup manqué aux gens. Lorsque le public manque de bonne musique, il est en feu, il réclame quelque chose qui lui donne de la joie de vivre, la force. Le béninois aime les meilleures choses ; le béninois aime la classe et dès que ça manque, il réclame. Ce qui a créé beaucoup de rumeurs. Vu que je ne suis pas trop bavard et que je ne me justifie pas pour ce que je n’ai pas fait, je n’ai pas voulu répondre aux remeurs. Pour répondre à votre question, nous devons savoir qu’il y a un temps pour toute chose. Il y a eu le temps ou j’ai collaboré avec tout le game béninois, les jeunes de mon âge comme Kinzah, Kayse Monteano(un vieux père quand même), Blaaz, Alter Ego et bien d’autres. Après ça, c’était pour moi l’étape de passer à l’international afin de chercher une certaine crédibilité et de réunir trois générations autour d’une musique qui est le Dibitique. Ça m’a pris beaucoup de temps. C’est un projet énorme, national, patriotique donc cela nécessite beaucoup de sacrifices et de temps. Parallèlement à ça, je créais ma fondation « SOYIMAVO » qui s’occupe de détecter les talents de la rue afin d’exposer d’autres Dibi Dobo pour que le Bénin connaisse plus de stars, car sur le plan international je me sentais énormément seul. Alors, il y a eu des rumeurs. Moi, je chante ; je ne réponds pas aux rumeurs. Ceux qui sont vraiment fans de Dibi Dobo et sa musique m’ont suivi. Ils savent ou me trouver : sur ma page officielle, Instagram, sur des radios quand je participe à des émissions, qund je sors mes sons…ils suivent. C’est à ceux là je m’adresse. Qu’ils sachent que le Dibitique n’a jamais disparu. Il est en projet pour le futur, il est un rêveur et il rêve pour son pays et il est béninois et fier de l’être. D’où l’album SOYIMAVO II qui sort bientôt pour répondre à tout ça.
-ctnshow : En dehors de Dibi Dobo l’artiste qu’on connait tous, y a-t-il un autre homme qui se cache derrière ? Faites-vous autre chose à part la musique ?
-Dibi Dobo : Dibi Dobo c’est un homme d’affaires aujourd’hui. Vous savez qu’au Bénin la musique ne paie pas même si moi j’ai eu la chance de tourner en Afrique et un peu partout dans le monde. J’ai associé quand même du business à mon affaire que je n’aimerais pas dévoiler. Rassurez-vous ! C’est du business potable et bientôt tout le monde comprendra pourquoi il y a eu un grand silence. Il y a beaucoup de choses qui vont arriver telle que ma ligne de vêtement pour ne citer que cela. J’ai eu à faire beaucoup d’investissements. Vous verrez que mes clips à venir sont de taille et de qualité. Je suis un businessman, un homme d’affaires, donc faites moi confiance. Je me gère, je m’en sors.
-ctnshow : Quelles sont les réalisations dans votre carrière dont vous êtes le plus fier ?
-Dibi Dobo : Le premier jour que j’ai tourné Wini Wini, c’était le 29 Juillet, jour de mon anniversaire. Je rêvais de cela pendant des années et quand le temps est arrivé je n’y croyais pas… J’étais entrain de manger et de boire avec Boss Playa. Je le regardais à la télé tourner de gros clips. On était ensemble et devenus des amis. Ça c’est une chose qui m’a marqué. Après ma pause, j’ai fait un duo avec Angélique KIDJO ; incroyable mais vrai. Seul le taf paye. Quand tu travailles ça paye toujours et quand tu pries ton DIEU sans penser du mal de quelqu’un, tu avances sans failles. Récemment, j’ai fait un pari ; un premier béninois a tourné un clip à Dubai et invité un artiste nigérian :c’est encore Dibi Dobo. Je suis très fier et ça va sortir bientôt ; Mamacita feat Mr May D.
-ctnshow : Quelles sont les difficultés auxquelles vous êtes confronté dans vos activités musicales ?
-Dibi Dobo : Les difficultés sont énormes. Mais comme je suis un enfant de la street même si je ne le chante pas, je m’adapte. Les difficultés sont liées au système du pays. On a un problème de valorisation de la culture et il n’y a pas d’investissement dans la musique donc on a du mal à trouver de collaborateurs. Même si je suis plein aux as, il n’y a pas de soutien, pas de culture du spectacle. Mais moi je ne me décourage pas. Comme je suis un businessman, je m’en sors. Les fonds réservés pour la culture du pays ne viennent jamais aux vrais talents. Je pense par exemple que si on choisissait cinq talents dans cinq domaines et qu’on leur réalisait un projet de 50millions dans leur carrière, le Bénin serait plus gagnant. En bref, notre Etat n’aime pas la culture.
-ctnshow : Dites nous un peu plus en ce qui concerne l’album SOYIMAVO II qui sort bientôt.
-Dibi Dobo : L’album SOYIMAVO II a.k.a. « La tour de piste » est pour remercier tous ceux qui ont cru en moi et qui ont eu la patience d’attendre. Aujourd’hui, je suis le seul béninois à chanter en Fon et que tout l’international a validé en passant par l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique Centrale ; j’ai fait des stades. Je ne parle que le Fon et ces gens apperécient. J’ai donc mis un peu de français et un peu d’anglais dans cet album. Je demande donc à mes fans de se calmer au cas où ils n’aimeraient pas le fait que j’y mette ces langues. Je remercie donc ceux qui m’ont aimé sans comprendre ma langue et également toud ceux qui ont cru en moi à travers cet album. Cet album, c’est pour faire passer le Bénin à un autre niveau : gagner des nominations au MTV Awards par exemple, par la grâce de DIEU.
-ctnshow : Quels sont les featurings que nous réserve ce nouvel album ?
-Dibi Dobo : Comme je l’ai dit tantôt, il y a le featuring avec Mr May dont nous avons tourné le clip à Dubai qui est la tuerie lancée sur la toile actuellement qui fait mal. J’ai privilégié le Bénin parce que je me suis dit que ça commence toujours par le Bénin avant de prendre n’importe où. Même les Koffi Olomidé, Meiway passaient par le Bénin pour faire valider leur album. J’ai donc compris que ça ne sert à rien de lancer les clips depuis MTV ou Trace ou l’international. Ça doit commencer par le Bénin, c’est mon pays avant tout. Donc à part ça, il y a Angélique KIDJO, Kalash qui est un ancien pote ; la belle et sexy sexy Lynnsha que vous allez encore kifer sur « I miss you » et aussi le grand Sagbohan.
-ctnshow : Que pensez-vous de la nouvelle génération d’artistes portée par des jeunes comme Vano Baby, Fanicko, etc,… ?
-Dibi Dobo : Je pense que nous sommes tous de la même génération. Je ne les dirai pas jeunes et moi vieux. J’ai commencé plus jeune qu’eux mais on a environ les mêmes âges. Ce sont mes jeunes frères dans la musique et ce que je peux leur donner comme conseil c’est de se ressourcer et de faire de la culture béninoise. Cette culture passe par les messages d’abord. Mais aujourd’hui j’ai remarqué qu’on fait beaucoup plus la musique des autres. C’est facile de faire ce que les autres font. C’est facile de rapper mais pas facile de rapper en Fon, mais quand tu arrives à le faire en Fon, il faut passer des messages. Quand des ainés comme Tohon Stan ou Alèkpéhanhou chantent c’est pour psser des messages. C’est notre culture d’abord. C’est pour cela que je les invite à pratiquer le Dibitique en tout ce qu’ils font. J’ai fait ça, pas pour moi seul, mais pour toute la nation. J’aime bien l’envie, le combat et la force qu’ils y mettent mais il reste beaucoup de boulot à faire. Au lieu de s’individualiser, je les invite à pratiquer le Dibitique pour que le Bénin puisse avoir un canal de musique et c’est déjà ça qui commence. Donc je les invite tous à le pratiquer parce les messages c’est pas encore ça même si les beats c’est pas mal.
-ctnshow : Que pensez-vous de l’initiative ctnshow.com ?
-Dibi Dobo : L’initiative ctnshow.com c’est du lourd ; c’est un truc de dingue ; c’est le futur ;c’est le nouveau Bénin. Ça c’est ce qu’on appelle l’avenir et les initiatives comme celles-là on ne peut que leur souhaiter big up, bon vent et longue vie. Réussite totale à ctnshow et que DIEU soit avec vous.
-ctnshow : Mot pour conclure ?
-Dobo Dobo : Mon mot pour conclure, c’est simplement « SOYIMAVO »
Propos recueillis par l’équipe ctnshow

Savourez l'un des derniers single de L'artiste Béninois DIBI DOBO intitulé "Mamacita" feat May D

découvrez les photos de la soirées karaoke ici

Silent night au Silence club

Le holi festival au code bar